Skip to Content

Monthly Archives: août 2010

Petite navigation en guise d’au revoir…

Par

 Depuis des années, mon neveu T. adore la voile et navigue chaque fois que c’est possible, alternant planches à voile, dériveurs légers et croiseurs jusqu’à 40 pieds…

 

Il vient juste de terminer ses études et a décidé de partir un peu plus loin en mer, avant de démarrer sa vie professionnelle. Il s’envole en septembre vers le Brésil, où il embarque sur un voilier de 75 pieds (sic), pour descendre vers l’Argentine, le Cap Horn, faire une pause à Noël à Ushuaia et puis remonter vers les îles du Pacifique…

 

Afin de fêter dignement ce départ, nous sommes sortis, samedi, dans une belle brise, faire un petit tour avec Xhosa, pour s’assurer qu’il n’oublie pas, dans ses prochaines aventures, que les winches ne sont pas forcément hydrauliques et les voiliers pas forcément gigantesques et super confortables…

 

Et puis, bien sûr, la sortie a été suivie d’un long apéro et d’un barbecue…

 

Bon vent, T ! Profite bien de ces quelques mois de navigation… Je suis un peu jaloux…

 

 

 

 

 

Retour express…

Par

 Après une météo pas terrible pendant la semaine, toutes les sources semblaient indiquer que le week-end serait beau et nous permettrait de ramener Xhosa de Londres à Nieuport… Et tel fut le cas… En plus, le vent a été parfait : 20 nœuds de sud-ouest, soit du portant… Vitesse et confort…

 

La sortie de la Tamise nous a semblé moins ennuyeuse que la semaine dernière, peut-être grâce aux rayons du soleil ou à la vitesse plus élevée. Et, une fois le dernier méandre passé et l’envoi de toute la toile, Xhosa a littéralement décollé. Et comme les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules, nous avons, en plus, bénéficié d’un courant favorable sur une grande partie du trajet…

 

Conclusion : 15 heures pour parcourir les 116 milles de Londres à Nieuport… Soit 7.73 nœuds de moyenne… Pas encore la vitesse de l’Eurostar mais beaucoup plus de plaisir qu’en train…

 

Avec quelques moments, qui restent gravés, comme les colonies de phoques se reposant paisiblement sur les bancs de sable de l’estuaire de la Tamise, la nuit éclairée par une très belle lune, presque pleine, ou le loch qui affiche des vitesses à 2 chiffres…

 

Un retour génial qui donne envie d’y retourner le week-end prochain…

 

 

 

 

 

Week-end à Londres

Par

 La météo étant bonne, nous sommes partis, vendredi soir, comme prévu, vers Londres.

 

Environ 115 milles à naviguer, rythmés en 3 blocs : la traversée de la Manche, avec ses nombreux cargos, puis, l’estuaire de la Tamise et ses bancs de sable, découvrant à marée basse, et, finalement, la remontée de la Tamise jusqu’à Tower Bridge…

 

À part la météo, qui n’a pas été aussi favorable que prévue, tout s’est, étonnamment, déroulé sans le moindre problème. La traversée de la Manche s’est faite sous un ciel étoilé, plein d’étoiles filantes. L’entrée dans l’estuaire de la Tamise fut facile, bien que quelque peu impressionnante et éprouvante, par la complexité d’une navigation à vue, de nuit, entre les bancs de sable, une sérieuse averse de pluie et une bouée rouge qui tombe en panne d’éclairage, quand on en a vraiment besoin…

 

La remontée de la Tamise s’est faite au moteur, par manque de vent. La première moitié est très industrielle et peu captivante… Elle nous a semblé un peu longue, d’autant plus que nous étions contre-courant, car un peu en avance sur le programme… Mais la deuxième moitié et l’arrivée vers Londres – Greenwich, Canary Wharf et puis la City – nous a fait oublier la souffrance du début…

 

Encore une grosse averse juste au moment de manœuvrer dans l’écluse de St Katharine Docks et voilà Xhosa amarré au centre de Londres jusqu’à la semaine prochaine…

 

Le dimanche nous a permis de nous reposer de ces 20 heures de navigation, où les périodes de sommeil ont été très courtes, de flâner et de visiter les alentours, sans oublier l’apéro avec quelques connaissances familiales… Et puis retour, dimanche soir, en Eurostar, en deux heures, vers Bruxelles, soit 10 fois plus vite qu’à l’aller…

 

Retour prévu le week-end prochain avec un départ le samedi matin, si la météo le veut bien…

 

 

 

 

 

Week-end laborieux et varié…

Par

 Ce week-end avait pour objectif principal de préparer Xhosa pour une traversée de la Manche et une remontée de la Tamise jusqu’au célèbre Tower Bridge à Londres. Nous comptons, en effet, y arriver à la marée haute de samedi après-midi prochain, quittant Nieuport, vendredi soir.

 

Mais, outre l’impact des enfants qui sont très forts pour modifier les plans des parents, tout s’est un peu compliqué, le week-end dernier : le loch ne fonctionnait plus et au moteur, la vitesse était beaucoup plus faible que d’habitude, ce qui n’est pas idéal lorsqu’on s’apprête à remonter un fleuve comme la Tamise…

 

En fait, les deux problèmes étaient liés et dus au fait que Xhosa n’avait pas navigué pendant 4 semaines, à cause de nos vacances… La chaleur aidant, l’hélice et la tête du loch s’étaient transformées en parcs à coquillages et autres mollusques, diminuant très fortement leur efficacité… Plongée exigée…

 

Samedi, sous la pluie, préparation du bateau : avitaillement, eau, diesel, nettoyage, encodage des waypoints, calcul des marées, …

 

Puis, dimanche, sortie sympa – en solo – pour tester si le nettoyage « par-dessous » a été efficace… Et, génial, tout re-marche parfaitement… En plus, la sortie a vraiment été amusante : vent de 15 nœuds, pas de pluie et deux longs bords de travers, où Xhosa peut vraiment montrer son potentiel de vitesse…

 

D’autres nouvelles lorsque nous arriverons à St Katharine Docks à Londres, si la météo le veut bien…

 

 

 

 

 

Nieuport … Le retour

Par

Après 3 belles semaines de vacances aux USA et en Croatie, il fallait reprendre le chemin du travail et le train-train quotidien…

Cela nous a permis aussi de retrouver notre côte belge, grise comme ses crevettes, ce samedi sous la pluie. Heureusement, dimanche, le temps s’est éclairci avec de beaux moments, bien ensoleillés. Et le vent de 15 nœuds ne faisait que renforcer l’invitation à naviguer…

 

 

L’occasion pour moi de m’essayer en solitaire dans une brise plus soutenue, les deux fois précédentes ayant été caractérisées par un vent très faible… Un peu d’adrénaline au départ et puis, graduellement, tout se met en place et je retrouve les réflexes pour faire marcher Xhosa comme il se doit.

 

Un long bord de près pour s’écarter de la côte, suivi d’un retour entrecoupé de plusieurs empannages, histoire de perfectionner la manœuvre et d’apprendre à la gérer avec la télécommande du pilote … Et puis, retour au port, sans encombre, malgré le vent traversier…

Rien de très extraordinaire, en fait, mais une profonde satisfaction d’y être arrivé. Reste le spi, mais j’attendrai, pour l’envoyer seul, un jour où le vent est très faible…

 

Mais, le plus génial est cette sensation de profond bien-être, quand on est seul sur la mer, loin des autres voiliers, avec juste un fond de musique classique, le bruit du vent, de l’eau et des vagues…