Skip to Content

Monthly Archives: novembre 2010

Envies pour 2011…

Par

 La dernière séance a eu lieu… Les projecteurs se sont éteints et Xhosa a pris sa place, à sec, parmi des centaines d’autres bateaux… L’hibernation peut commencer… L’hiver, très précoce cette année, est d’ailleurs déjà bien là et a recouvert le pont Xhosa d’une petite couche de neige bien durcie par le gel…

 

Alors, en attendant les jours meilleurs, je me mets à rêver… Et, à l’heure où les enfants écrivent leur lettre au Père Noël, je prépare mon catalogue des envies pour 2011…

 

J’ai déjà parlé du projet principal: le pèlerinage de Compostelle, sur les traces des pèlerins anglais, qui partaient de Plymouth vers le Cap Finisterre… Pour Xhosa, il s’agirait d’une descente de Nieuport vers Brest, suivie par la traversée du Golfe de Gascogne jusqu’à la Corogne. A l’arrivée, encore trois jours de marche jusqu’à Compostelle. 700 à 750 milles à la voiles et 62 km à pied.

L’idée serait de prévoir deux semaines et de partir à la fin mai pour profiter des jours fériés de l’Ascension et de la Pentecôte.

 

Et Xhosa se reposerait à la Corogne de mi-juin jusqu’à mi-juillet…

 

Remontée en trois semaines pendant l’été… Une première semaine de cabotage dans les rias espagnoles, avec, peut-être, une descente jusqu’à Porto… La deuxième semaine pour remonter vers la Bretagne et, la troisième, retour vers Nieuport… Pas loin de 1000 milles en tout, si nous allons jusqu’au Portugal…

 

Cet aller-retour consommera l’essentiel des jours de congé et le reste de la saison devra être beaucoup moins ambitieux… Une petite virée à Blankenberge en début de saison, pour faire faire une vérification complète du gréement, avant la croisière d’été, chez le spécialiste de la côte belge…

 

Une ville, peut-être aussi, un peu comme Londres l’année passée, pour bien utiliser les weekends du mois d’août…

 

Et si les voyages professionnels aux USA se mettent bien (c’est à dire en été plutôt qu’au milieu de l’hiver), ce serait amusant de faire une sortie avec mon frère sur son plan d’eau à Boston, histoire de faire quelque chose de différent…

 

Enfin, quelques projets un peu plus personnels aussi, comme réussir l’examen de navigation hauturière ou me perfectionner dans la pratique du solitaire, avec une mini-croisière ou une traversée de la Manche à la clé…

 

Les idées et les envies ne manquent pas… Et même si toutes ne pourront probablement pas se réaliser, c’est déjà tellement bon d’en rêver…

 

 

 

 

 

Regard sur 2010…

Par

 La mise à sec de Xhosa, ce lundi, marque formellement la fin de la saison 2010… Notre quatrième sur Xhosa… Une très belle saison, où nous avons pu réaliser tous les projets dont nous avions rêvés…

 

L’Irlande, avec cet aller retour, sans escale, en mai, vers Kinsale… Après la tentative infructueuse en 2009, le deuxième essai fut le bon…

La semaine de cabotage tranquille en Croatie, en juillet, sur un bateau de location, histoire de découvrir, en famille, sous le soleil, quelques mouillages des îles Kornaty…

Londres, enfin, en août, destination un peu magique, et une autre façon d’envisager la voile le weekend, en embarquant le vendredi soir, après le bureau, cap à l’ouest, pour une traversée de 20 heures…

 

Seize cents milles en tout, avec comme thème constant «aller plus loin», grâce à de longues périodes de navigation, des nuits de navigation sous les étoiles et peu d’escales, pour essayer de compenser le manque de jours de congé au niveau professionnel… Et tout cela a été rendu plus facile grâce à une météo globalement très clémente, du moins lors de nos escapades, et des vents moins contraires qu’à l’habitude…

 

J’ai aussi (enfin!) osé passer le cap du solitaire, qui me tentait depuis longtemps, et ajoute une dimension supplémentaire… Sans oublier les cours de navigation astronomique, suivis avec assiduité tous les mardi soirs, qui m’ont ouvert un monde fascinant, qui m’était inconnu jusque-là…

 

Mais c’est Xhosa la vraie star de la saison! Très en forme, performant à la voile, avec de très belles moyennes, et très peu de pannes ou d’ennuis… Résultat, peut-être, de la «maniaquerie» avec laquelle D et moi l’avons remis en ordre et le bichonnons depuis 2007…

 

Les souvenirs clés de cette année?… La traversée de la mer d’Irlande et, surtout, l’arrivée à Kinsale parmi les requins pèlerins… Londres et son retour express à 7.73 noeuds… Mes premières manoeuvres en solo… La sérénité et la bonne humeur à bord, même dans les moments difficiles ou avec des équipiers moins expérimentés…  Et, peut-être, surtout, cette impression, de plus en plus forte, d’une vraie symbiose entre Xhosa et son équipage…

 

La saison est morte… Vive la nouvelle saison!  Pour permettre à d’autres envies de prendre forme…

 

 

 

 

 

 

 

Strip-tease intégral…

Par

 L’hiver est à notre porte… Les tempêtes atlantiques sont très creusées, le vent souffle, il pleut… Xhosa se prépare à rejoindre ses appartements d’hiver, pour prendre quelques mois d’un repos bien mérité, à sec, sur un parking surbondé, en bordure de l’Yser…

 

Mais, avant que Xhosa ne puisse prendre place sur son ber, il lui faut faire son strip-tease annuel, histoire de retirer tout ce qui n’a pas de raison de rester à bord en hiver…

 

La première partie de cet effeuillage a eu lieu la semaine passée… Profitant de la gentille brise de nord, chacune des voiles a été affalée et descendue sur le pont, telle la robe, longue, blanche et soyeuse, qui glisse doucement le long du corps pour s’amonceler en un petit tas au bas des jambes…

 

Ce week-end, le déshabillage se prolonge… C’est au tour des coussins, livres, cartes, vêtements, nourriture et boissons de quitter le navire… Si la météo veut bien ordonner qu’il arrête de pleuvoir quelques instants…

 

Et le show continuera le weekend prochain avec le rangement de tous les accessoires, éléments de sécurité, d’électronique ou autres, et le retrait de toutes les drisses et autres cordages, qui méritent bien un passage dans la machine à laver…

 

Mais ce ne sera que le lundi 22 que le spectacle atteindra son apogée lors d’un final grandiose… Xhosa, star improvisée du cabaret nautique, dévoilera, en plein jour au grand public, sans pudeur aucune, ses dessous et parties basses, au moment de quitter, par les airs, la scène aquatique pour aller faire relâche dans les coulisses du port de Nieuport, le reste de l’hiver…

 

 

 

 

 

L’ipad en mer…

Par

 D et moi sommes, depuis toujours, des inconditionnels de Mac. Nous avons probablement eu la plupart des modèles créés par la marque à la pomme, et faisons, sans doute, partie des clients les plus loyaux de Apple.

 

Nous ne pouvions, dès lors, rater la sortie, très médiatisée, de l’ipad… Et, depuis, D. ne le lâche plus… Il faut reconnaître que c’est un outil assez génial: il remplace l’ordinateur dans pas mal de situations, permet d’avoir avec soi, en permanence, une bibliothèque virtuelle de livres et autres supports multi-média, ou d’avoir accès, n’importe où, à internet, par wifi ou 3G, sur un vrai écran…

 

L’hiver passé, nous avons équipé Xhosa d’un macbook avec le logiciel de navigation MacEnc et les cartes vectorielles Navionics, dont nous sommes très contents, même si je garde le besoin (maladif?) de vérifier sur la carte papier ce que l’électronique indique…

 

Et puisque ce même logiciel et ces mêmes cartes existent, en une version bon marché, pour l’ipad, pourquoi ne pas s’en équiper également? Aussitôt dit, aussitôt fait, avec, conformément à l’esprit Apple, une installation simple et rapide… juste quelques clics… En plus, X-Traverse, qui distribue les cartes Navionics, permet le transfert de routes ou de waypoints, au travers de serveurs internet dédiés, ce qui a permis de transférer tous les waypoints et les routes du macbook à l’ipad et de s’assurer ainsi que l’ipad devienne bien «l’esclave» du macbook…

 

Il ne restait plus qu’à l’essayer en mer. Et, là, il faut reconnaître que même si cela marche très bien, le logiciel de navigation pour l’ipad n’a pas la même puissance et n’est  pas aussi facile à utiliser que la version pour macbooks classiques. En outre, le gps intégré à l’ipad n’a pas la même sensibilité de réception que le gps fixe du bord, ce qui fait que l’ipad perd de temps en temps le signal. Pas question donc qu’il ne remplace, à court terme, l’ordinateur de bord…

 

Il en reste, néanmoins, un complément extrêmement pratique et intéressant, en tant qu’écran déporté, dans des situations de navigations un peu difficiles, en solitaire près de bancs de sable ou à l’entrée d’un port, où il permet de très facilement comparer le paysage à la carte et d’éviter de courir entre cockpit et table à carte. Nous l’avons utilisé intensément lors de la remontée de la Tamise et cela s’est avéré extrêmement pratique.

 

L’ipad est donc un outil formidable et génial sur terre, qui mérite clairement son succès. En mer, il ne remplace pas encore l’ordinateur de bord mais s’avère très pratique, en navigation, comme carte électronique transportable partout, dans le cockpit ou à la barre… Et sans oublier, non plus, qu’il pourrait servir de solution de repli, au cas où l’ordinateur principal ferait des siennes…

 

 

 

 

 

 

Dernière navigation de la saison…

Par

 Nous avions prévu de faire une dernière croisière ce week-end. Rien de très ambitieux, juste une aller-retour jusqu’à Gravelines ou vers la Hollande. Mais les aléas familiaux, une météo un peu grincheuse et la grippe naissante de D ont eu raison de ce projet.

 

Xhosa est donc resté gentiment amarré à son ponton, la majorité du weekend. Mais, le très beau temps de dimanche après-midi et les images du départ de la Route du Rhum m’ont donné très envie d’une dernière sortie pour la saison… Comme la météo annonçait un vent calme et un temps sec pour lundi, j’ai décidé de sortir, histoire d’entendre, une dernière fois cette année, le bruit de l’eau qui glisse sur la coque.

 

Une sortie en solo, sous un ciel un peu couvert, un vent autour des 15 noeuds et une mer assez plate… Les ingrédients parfaits pour terminer l’année sans stress…

 

Un premier bord de près vers le nord, puis un long bord au bon plein vers Dunkerque. La météo oscille entre ciel bleu et nuages bas, mais il fait doux et sec et Xhosa avance très bien…

 

L’heure avance et il devient doucement temps de rentrer… Il va falloir empanner pour terminer le triangle par un bord de grand largue. Il y a une bouée cardinale nord, un peu plus loin, et je décide d’empanner en l’enroulant…

 

La manoeuvre se fait tranquillement et sans souci jusqu’à … bouf, je talonne… Je me dégage rapidement et puis je re-talonne… Dans ma concentration pour la manoeuvre, j’ai oublié de vérifier la carte avant d’empanner… La bouée indique un banc de sable, avec seulement 0.70 m d’eau aux plus basses marées… Et la marée du jour faisait 1.30 m à ce moment-là… Un peu trop peu pour Xhosa qui cale 2.30 m…

 

Heureusement, Xhosa se dégage très vite et reprend le cap de Nieuport… Moi, je suis un peu honteux et je regarde autour de moi pour voir si d’autres voiliers m’ont vu… Cela me paraît tellement bête de talonner à 4 milles de mon port d’attache, dans des eaux où je navigue très souvent…

 

Et comme les ennuis n’arrivent jamais seuls, le pilote décide de faire des siennes, à l’entrée du port, ce qui rend les manoeuvres de retour et d’affalage un peu plus épicées…

 

Au total, une belle dernière navigation qui aura fait passer la distance parcourue par Xhosa, cette année, au-dessus des 1500 milles…