L’actualité vélique offre actuellement une place importante, au monde brutal du Pacifique Sud et des quarantièmes rugissants, où coureurs au large et chasseurs de records doivent se battre contre les tempêtes, le froid, les embruns et les icebergs… Et, face à cet univers particulièrement hostile, même en plein été, j’ai eu envie de faire un petit interlude, de créer une petite bulle, chaude et feutrée, dans les billets de ce blog, pour partager avec vous quelques considérations d’un ordre beaucoup plus philosophique…

 

«Philosophique» est d’ailleurs un bien grand mot par rapport à ce que ce billet contient… Il s’agirait plutôt de mettre quelques idées sur la table afin d’initier une envie de réfléchir aux choix que l’on fait dans la vie, et à la nature souvent inconsciente ou implicite de ces choix…

 

Je m’explique… Je réfléchissais à la relation: «temps – argent»… On dit souvent que le temps est égal à l’argent… Mais on oublie, en général, que le temps est un bien non-renouvelable… En d’autres termes, il est toujours possible de transformer le temps en argent (en travaillant plus…) mais il est impossible de transformer, ex-post, l’argent en temps, c’est-à-dire de récupérer, de «racheter» le temps qui a été investi dans le travail…

 

Alors, tant que le temps futur, le temps restant à vivre, est long, l’équation a une tendance naturelle à favoriser le travail et l’argent dans le présent et à remettre à plus tard (dans le temps restant/futur) la réalisation des rêves, des projets et des passions…

 

Ce qui n’est pas du tout anormal car, à l’exception de quelques personnages comme Moitessier et quelques autres, on ne vit pas uniquement d’amour et d’eau fraîche et notre société nous impose d’avoir des sources de revenus suffisants et stables… Ce qui nous force à trouver un équilibre entre présent et futur, entre les projets que nous réalisons maintenant et les passions que nous assouvirons plus tard…

 

La grande croisière est d’ailleurs pleine d’exemples de cette nécessité de choisir: beaucoup de gens autour de nous parlent d’années sabbatiques pour aller faire un tour du monde ou un tour de l’Atlantique, mais seulement très peu partent vraiment et les autres ont souvent tendance à reporter leur voyage, pour des raisons matérielles, probablement très raisonnables et totalement justifiées…

 

Et cet équilibre fonctionnera parfaitement, tant que l’espérance de vie future reste suffisamment longue par rapport à nos plans et ne change pas brusquement… Car c’est en cas de changement important que se trouve le problème potentiel si nos actions ne sont pas le résultat d’une vraie décision, mais simplement la continuation d’une situation existante: faire le lendemain ce que nous avons fait la veille, sans jamais envisager sérieusement la possibilité d’une rupture plus nette avec la situation actuelle…

 

Dans mon cas, j’ai toujours eu le projet de partir en pré-retraite entre 55 et 57 ans, pour avoir le temps de faire d’autres choses, avant que l’âge ne commence à diminuer mes capacités physiques… Mais voilà, à presque 52 ans, un cancer fait surface et crée, sans le moindre avertissement, une onde de choc et un chaos dans tous mes plans à moyen et long terme… Et même si tous les médecins sont très optimistes sur le fait que cette satanée maladie ne devrait pas avoir d’impact sur ma survie à long terme, le doute est malgré tout maintenant bien là…

 

Etais-je trop optimiste en croyant atteindre facilement la barre des 55 à 57 ans? Dois-je revoir fondamentalement ma façon de vivre maintenant pour mieux profiter de chaque moment et de chaque minute? Dois-je repenser la balance entre travail et loisirs et définir un nouvel équilibre? Me faut-il prendre le temps de réaliser plus de rêves maintenant, plutôt que de les reporter vers cette hypothétique pré-retraite?…

 

Beaucoup de questions ouvertes avec très peu de réponses pour le moment… Il me faudra y réfléchir et y répondre pour que mes choix de vie soient dorénavant conscients et délibérés. Ainsi, quoi qu’il arrive, je n’aurai pas de regret car j’aurai eu ce que j’ai choisi d’avoir…

 

A méditer…

 
 

 

 

 

S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter