Skip to Content

Monthly Archives: février 2012

La boule à zéro…

Par

Cela devait arriver… C’était prévu… Tout le monde y passe…


Pourtant, cela traînait un peu, comme si j’allais en être dispensé…


Eh bien non, mes cheveux viennent de se mettre à tomber! Et même si je m’y étais préparé en les coupant déjà très courts, cela fait quand même un peu bizarre…


Plus qu’une solution, le rasoir pour se faire une boule à zéro…


Une vraie tête de prisonnier…
Ou une tête de légionnaire, quelqu’un qui part se battre pour une cause, et quelle cause, dans mon cas…
Ou plutôt encore, une tête de globe-trotter, d’explorateur, de grand voyageur, de navigateur partant pour un tour du monde…


Des cheveux, dont on ne voit que la racine, comme l’herbe que l’on vient de semer… Des cheveux, porteurs de bonne nouvelle, qui, en repoussant à leur rythme du centimètre par mois, indiqueront, par leur longueur, la proximité de la rémission, maintenant à portée de main…


Une drôle de tête mais un signe de la bonne progression du traitement…




S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter



La Sagesse de la Mer

Par

Mes ennuis de santé ont au moins un avantage, celui de me donner du temps et de me permettre de lire ou de relire des livres, entassés, parfois depuis longtemps, dans la bibliothèque… En plus, comme mes amis m’en apportent à chaque visite, cela me donne un très vaste choix…

 

Je viens de terminer «La Sagesse de la Mer; du cap de la Colère au Bout du monde». Livre écrit par Björn Larsson, suédois d’origine.

 

Le livre est écrit différemment des autres livres de voile. Pas le récit chronologique d’une navigation mais plutôt une sorte de blog composé de billets sur des thèmes précis. Des sujets très «voile et navigation» au début, devenant beaucoup plus personnels à la fin. Avec beaucoup d’anecdotes de navigation, mais jamais présentées dans l’ordre chronologique…

 

Cette façon d’écrire est probablement due aussi à son approche différente de la navigation, si on le compare à d’autres navigateurs. Une approche décrite par le sous-titre du livre: «Entre le cap de la Colère», traduction du cape Wrath, tout au nord de l’Ecosse et le «bout du monde», traduction du cap Finistère, en Espagne…

 

Pas de traversée océanique, pas de passage de caps mythiques dans les 40èmes ou les 50èmes… Mais une navigation qui part du Danemark, va en manche, puis en Ecosse, puis en Bretagne puis en Irlande puis en Espagne… Pas de traversée océanique, mais beaucoup de mauvais temps malgré tout, surtout que l’auteur a vécu et navigué sur son bateau pendant 5 ans, hivers compris…

 

Et arrive à la fin du livre la question de ce qui fait un «vrai navigateur» à la voile… Faut-il aller loin? Faut-il traverser un océan pour gagner ce titre noble de grand navigateur? Ou des navigations plus courtes dans des mers froides, sujettes à des dépressions creusées suffisent? Question sans réponse…

 

Et comme l’auteur est écrivain de profession, cela donne un livre très bien écrit…

 

J’ai aimé!

 

 

 

S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter
 
 

Comme en prison…

Par

Le traitement avance…
La maladie recule…
La phase suivante a commencé…
Chimio forte, autogreffe…
Chambre stérile, un mois en isolation…

 

Comme en prison…
16 metres carrés, sans jamais en sortir…
Comme en prison…
Une vieille tenue bleu marine délavée…
Comme en prison…
Des visites à travers une vitre et un micro…
Comme en prison…

 

Mais une prison qui libère…
Une prison qui tue le vilain crabe…
Une prison qui me rendra ma liberté…
Une prison qui me fera renaître…

 

 

 

S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter