Cela pourrait être le titre d’un mauvais polar… Ou le thème d’une des nombreuses séries TV policières…


Mais, malheureusement, nous ne sommes pas dans de la fiction et ce titre fait référence à un fait bien réel…


Nieuport. Un mois de novembre pluvieux. Les bateaux sortent de l’eau les uns après les autres et vont se ranger sur les parkings le long de l’Yser. Il y a encore peu d’activité sur les bateaux.


Xhosa est au milieu d’un groupe de voiliers. Un peu caché. J’ai presque terminé de le vider et il ne me reste plus que 4 drisses à retirer pour les mettre dans la machine à laver.


En allant faire ce dernier travail dimanche passé, un choc! L’éolienne n’est plus là! Il ne reste que son mâtereau, qui paraît bien ridicule sans rien au-dessus…


Je monte à bord et je constate que l’on est également entré à l’intérieur du bateau en forçant la serrure.


Dans le carré, les panneaux couvrant les batteries et les circuits électriques sont ouverts. Certains fils sont coupés grossièrement. Le régulateur de l’éolienne a également disparu.


J’ai du mal à croire au vol mais très vite les choses se confirment… Et quand la police me dit que deux autres voiliers, au moins, ont également subi, la semaine passée, le vol de leur éolienne, je me rends compte qu’il ne s’agit probablement pas d’un voleur cherchant à équiper son bateau mais plutôt d’un groupe organisé, travaillant peut-être sur commande…


Et, je me mets à rager ! Pour la perte financière que cela représente, mais surtout pour le sentiment d’avoir été violé dans mon territoire et dans mon intégrité… Et peut-être aussi, à cause de la peur inévitable que ce vol génère: plus rien ne semble protégé, plus rien ne semble respecté!


Comment protéger une éolienne sur son mât ? Comment protéger tout ce qui est à l’extérieur du bateau? Comment ne pas avoir peur tout le temps que son bateau se transforme en marché où n’importe quel voleur peut venir faire son shopping!


Nieuport n’est pas la banlieue difficile de Chicago, au temps de Al Capone, et, pourtant, nous risquons de devoir nous y équiper de caméras, systèmes d’alarmes et autres systèmes de surveillance.


Rageant et triste à la fois…




S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter