Skip to Content

Monthly Archives: mai 2014

Aller simple vers Saint-Malo…

Par

Cette année, D et moi avions envie de passer un peu de temps en Bretagne Nord, en prenant le temps de visiter un peu cette région.

 

Pour avoir le temps sur place, il nous a paru préférable de découper la croisière en 3 parties: un convoyage vers Saint-Malo en mai, une exploration locale en juillet et un convoyage retour un peu plus tard.

 

Nous sommes donc partis, deux amis et moi, dimanche passé de Nieuport pour ce premier tronçon. Avec l’idée d’en faire une petite virée vélique entre hommes…

 

Un départ plutôt calme et un peu poussif, à cause du vent faible, aidé pendant l’après-midi par une brise thermique. Heureusement, le lendemain, au petit matin, une jolie brise bien orientée s’est installée, nous permettant de faire défiler les milles et d’améliorer sérieusement la vitesse moyenne…

 

A proximité de Cherbourg, les courants n’étaient pas au rendez-vous pour passer le Raz Blanchard et nous avons trouvé plus sage de faire relâche à Cherbourg plutôt que de faire de la marche arrière…

 

Départ mardi pour Guernsey, sous la pluie, en tirant des bords dans un vent d’ouest, aidés par les courants du Raz Blanchard… Ils étaient bien présents, avec un bon coefficient, nous permettant d’atteindre, une vitesse sur le fonds, au près serré, de 14.2 noeuds, soit un courant de 7 à 8 noeuds! Le paysage défile nettement plus vite à cette vitesse!

 

Et mercredi, dernière étape déjà pour rejoindre Saint-Malo dans une brise calme, sous un soleil de plus en plus généreux…

 

Première exploration de la vieille ville le soir même, suivie de dégustations de produits locaux: bières des Brassins de Saint-Malo, rillettes de poissons et fruits de mer…

 

Mission accomplie!

 

Xhosa restera à Saint-Malo quelques semaines jusqu’à ce que D et moi y retournions pour la suite de notre périple breton…

 

Superbe navigation calme, sans prise de ris, ni prise de tête, peu de pluie, suffisamment de vent et beaucoup de soleil… La voile comme on l’aime…

 

Et la trace de notre route…

 

20140531-194638-71198659.jpg

Un canal… Des canaux?

Par

J’ai profité d’un voyage professionnel éclair à Panama pour visiter les écluses Miraflores du côté Océan Pacifique.

 

Je trouve que le Canal de Panama génère une émotion particulière car il est un peu, pour nous Européens, un signe de tour du monde, l’étape qui nous fait quitter notre océan pour aller vers un autre…
Et cette visite avait, en outre, un air festif puisque le canal fête ses 100 ans cette année!

 

J’ai pu voir entrer un bateau dans l’écluse et me rendre compte comme elles sont devenues petites par rapport aux formats des bateaux utilisés aujourd’hui.

 

20140504-164606.jpg

 

20140504-164718.jpg

 

Puis, en quelques minutes, le bateau monte avec une différence de hauteur d’eau impressionnante des deux côtés des portes centenaires…

 

20140504-164826.jpg

 

20140504-164911.jpg

 

20140504-165257.jpg

 

Et à titre anecdotique, j’ai trouvé amusant l’utilisation de 4 petites locomotives pour maintenir le bateau bien au milieu de l’écluse…

 

20140504-165023.jpg

 

Un peu plus loin, on peut apercevoir les grues, qui sont en train de construire les nouvelles écluses «super-panamex», afin de permettre à des bateaux plus grands de traverser le canal et de ne plus devoir décharger les conteneurs du bateau, les charger sur un train reliant les deux océans et les recharger ensuite sur un autre bateau.

 

En discutant de ces travaux, je me suis souvenu du projet financé par un magnat chinois au Nicaragua, afin de créer un deuxième canal, un peu plus au nord. Ce deuxième projet vient d’être approuvé et la concession de 50 ans donnée par le Nicaragua à cette société chinoise.

 

Mon guide panaméen semblait très serein par rapport à ce deuxième canal. Il me rappela que, à l’origine, c’était le Nicaragua qui avait été choisi pour construire le canal car il y existait déjà les cours d’eau et les lacs nécessaires. A Panama, il a fallu construire trois lacs artificiels pour créer une profondeur suffisante pour la navigation au milieu du pays et pour stocker l’eau indispensable, en saison sèche, pour garder un niveau suffisant d’eau douce dans les écluses.

 

Et il ajouta que le Nicaragua n’avait finalement pas été sélectionné à cause des risques sismiques et de l’instabilité politique. Tout en ajoutant implicitement que ces deux problèmes étaient toujours présents au Nicaragua et pas à Panama…

 

Quoiqu’il en soit, il est probable que la concurrence et l’augmentation de l’offre, avec des écluses de grande taille, permettra de mieux satisfaire la demande de capacité de transport de marchandises, qui est en croissance permanente… Et de permettre ainsi à la région de développer un peu plus son économie dans ce secteur…

 

Et peut-être cela permettra-t-il aussi aux voiliers de passer plus rapidement et à moindre coût… On peut toujours rêver…

 

 

 




S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter