Départ, comme prévu, de Nieuport dimanche passé. Sous un beau soleil … mais dans la pétole… On ne peut pas tout avoir, semble-t-il…

 

Heureusement, après quelques heures, le vent se lève doucement et c’est sous une petite brise au près serré que nous avançons calmement sous voile vers le nord avec un ETA prévu aux Orcades jeudi matin…

 

Tout allait donc pour le mieux. Jusqu’à mercredi soir, où, à une centaine de milles de l’arrivée, la météo a commencé à empirer, avec des prévisions devenant franchement désagréables et risquant de nous empêcher de traverser, en toute sécurité, le mythique Pentland Firth. Ce qui nous a convaincu de faire une escale météo à Peterhead et d’en profiter pour y passer une bonne nuit.

 

Les dieux devaient être avec nous puisqu’ils nous ont offert une belle fenêtre météo 24 heures plus tard: du bon vent, quoique au près, nous amenant parfaitement au bon moment pour traverser le Pentland Firth… Avec pour seule condition de partir à 1 heure du matin, la nuit du jeudi au vendredi, sous la belle lumière nocturne des hautes latitudes. Et nous avons donc pu finir cette première étape et rejoindre Stromness rapidement…

 

Je joins une photo de la trace pour ceux qui voudraient visualiser le trajet.

 

 

Il ne nous restait plus qu’à faire un passage au pub local et de profiter d’une longue nuit réparatrice, pour nous sentir prêts à partir à la découverte des Orcades, dont je parlerai dans un prochain billet !
 

Cette étape me faisait un peu peur parce qu’elle était longue et que c’était la première de notre projet. Un peu comme si elle conditionnait le succès ou l’échec de l’ensemble. Et l’arrêt à Peterhead m’a d’autant plus inquiété qu’il a montré comme le timing peut sembler court quand des billets d’avion sont déjà réservés…
 
Mais les choses se sont arrangées et, à postériori, l’arrêt à Peterhead nous a vraiment fait du bien, en renforçant, en outre, encore l’ambiance à bord déjà excellente!
 
Je suis donc vraiment heureux de la façon dont cette première partie s’est déroulée.
 
Il faut maintenant aborder la deuxième partie avec le premier changement d’équipiers (une personne qui descend et deux qui montent)… Mais pourquoi la suite ne fonctionnerait-elle pas aussi bien que le début?
 
Ce bonheur m’a malheureusement semblé tout à coup bien dérisoire par rapport à la triste nouvelle, venant de Bruxelles, annonçant que la maman de D, qui venait d’être hospitalisée en soins intensifs, se trouvait en état critique… Sans que je puisse être aux côtés de D en ce moment difficile…
 
Un goût très amer au fond de la gorge et un véritable sentiment d’impuissance face aux réalités de la vie…

   

S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter