Juste avant de quitter Nieuport, ma soeur m’a envoyé 3 livres pour compléter la bibliothèque de Xhosa. Il s’agissait de la trilogie de Peter May, qu’elle trouvait particulièrement adaptée à notre périple: “L’île des chasseurs d’oiseaux, L’homme de Lewis et Le braconnier du lac perdu”.

 

L’histoire de ces trois livres se déroule aux îles Hébrides. Tous trois reflètent extrêmement bien l’ambiance écossaise de ces îles isolées au climat difficile. Ce sont des livres policiers, dont le personnage principal est un policier ayant vécu son enfance aux Hébrides, qu’il a quittées pour s’installer à Glasgow lors de ses études.
Une vingtaine d’années plus tard, suite à la perte de son fils, il retourne aux Hébrides à l’occasion d’un meurtre à élucider et décide d’y rester.

 

J’ai trouvé intéressant le fait que ces trois livres ne se contentent pas de raconter une histoire policière mais combinent chaque fois l’intrigue à résoudre avec le vécu de l’inspecteur, aux Hébrides, lorsqu’il était jeune. Cela donne une image intéressante de la vie dans ces îles isolées, particulièrement exposées aux éléments.

 

J’ai aimé et je n’ai pas été le seul, vu le nombre d’équipiers qui les ont dévorés pendant les quarts. Au point que je me suis demandé si la veille se faisait réellement! Je joins quelques photos ci-dessous montrant la concentration des lecteurs…

 

Un autre livre est arrivé également à bord, avec beaucoup de succès également: “Je suis Pilgrim de Terry Hayes”. Rien à voir avec la voile ou l’Ecosse puisqu’il s’agit d’un thriller racontant la poursuite d’un terroriste qui prépare un attentat bactériologique à perpétrer aux Etats-Unis. Un livre à ne pas commencer le soir car on a une fâcheuse tendance à ne pas s’arrêter avant la dernière page…

 

Bien sûr, outre ces 4 livres, j’ai toujours à bord, sur mon ipad, tous les livres Kindle et iBooks achetés au cours des années. D et moi n’achetons pratiquement plus jamais de livres papier, ce qui fait que notre bibliothèque électronique commence à compter pas mal de titres.

 

Pourtant, nous ne l’avons pas beaucoup utilisée en mer et la principale raison est qu’il est impossible de prêter un livre électronique. Je ne souhaite pas que l’équipage utilise mon ipad comme outil de lecture parce que je l’emploie en navigation et je tiens à ce qu’il reste disponible et le plus chargé possible. Mais malgré le fait que chaque équipier disposait d’un iphone ou d’un ipad personnel, je ne pouvais pas leur prêter de livre. Et même le regroupement familial lancé par Apple ne répond que très partiellement à ce besoin.

 

Je trouve cela dommage car j’aimerais pouvoir prêter un nombre limité de livres électroniques, pour une période fixée, à des emprunteurs qui, j’en suis sûr, seraient prêts à payer quelque chose pour couvrir les charges encourues par Amazon ou tout autre e-librairie… On aurait enfin un système où on saurait à tout moment à qui on a prêté un livre et où les livres reviendraient automatiquement dans la bibliothèque à la fin du prêt! Tout cela dans une bibliothèque électronique sans contrainte de volume et qu’il ne faut jamais dépoussiérer!

 

Si l’un d’entre-vous travaille chez Amazon, voilà un idée qu’ils ont sûrement déjà eue et qui, je pense, pourrait accélérer la passage vers le numérique, d’autant plus qu’ils semblent déjà vendre des livres (papier) d’occasion. Moi, je serais sûrement intéressé d’utiliser le service…

 

Et si l’un d’entre-vous travaille dans une autre librairie, c’est peut-être un moyen de se différencier d’Amazon et de gagner de la part de marché? Avec peut-être également un abonnement spécial pour des médiathèques, qui vont certainement souffrir de plus en plus des développements sur internet et du vieillissement de la population…

  

     

S'abonner à voilier_xhosa sur Twitter